S'identifier - S'inscrire - Contact
 

 

Mots-clés : , ,

« C’est dimanche à Bamako, jour de mariage », chanson bien connue de Amadou et Marrianne.
Deuxième journée à Bamako. Dimanche, nous avons la chance de participer à un mariage.
2 tentes sont dressées. Une pour les femmes, une pour les hommes.
Dans la première, les chaises forment un grand ovale. En tête un orchestre de djembés, des doundouns …, et une guitare électrique sur ampli. Un chanteur (homme ou femme) déclame sur un ton nasillard et puissant.

Les femmes vêtues de boubous (pantalon et chemisier) de couleurs vives ou vêtues d’une longue robe en basin (plus cher) montrent leur appartenance ethnique ou richesse. Bijoux en or au poignet ou au cou. Outre le coton, le est un producteur et exportateur d’or.
Les enfants aussi richement habillés ont une liberté totale lorsqu’ils ne sont pas attachés dans le dos de leur mère. Les femmes dansent, parlent beaucoup et rient.
Du côté des hommes, c’est beaucoup plus calme. Deux à trois rangées de chaises face à face. Les hommes sont habillés plus sobrement, parlent calmement entre eux et se tapent dans les mains en signe d’acquiessement. Un n’koni, kora ou balafon assure le bruit de fond.
Un élément indispensable : le griot ou la griotte (djelis). Les griots vivaient autrefois au service d’un maître dont ils vantaient le mérite dans la contrée. Ils font partie d’une caste spécifique et transmettent la tradition oralement de génération en génération. Le récit du griot est entrecoupé de chants et de paroles. Les griots sont à la fois respectés pour leurs connaissances historiques et celles de la famille et craints pour leurs propos médisants. Ils jouent également le rôle de médiateur conjugal, entre l’homme et sa(es)femmes(s) mais aussi entre les différents membres de la famille.
Lorsque le griot s’approche, il est de bon ton de lui glisser un billet dans la main. Le problème est qu’il y a une multitude de griots dans un  mariage !
Soudainement, une colonne de voitures arrive et pénètre dans la tente, s’arrêtant à quelques centimètres de l’orchestre. Ce sont les mariés et leur escorte. Les femmes se lèvent, poussent des hurlements en signe de .
Les mariés sont alors présentés aux femmes importantes de la famille. Le cortège se dirige après du côté des hommes. Après les présentations, la mariée s’assoit et à tour de rôle, les hommes, importants viennent s’asseoir à côté d’elle pour une photo souvenir.
Des sachets d’eau potable, de glaces à l’eau et de limonades fraîches sont distribués aux convives.
Les mariés s’en vont pour aller saluer les amis en ville et la fête reprend en musique. Les griots interpellent des femmes dans l’assemblée et les flattent. La personne se lève, donne quelques billets au griot ainsi qu’à d’autres qui se pressent autour d’elle puis va se rasseoir et c’est au tour d’une autre.
Nous partons chez notre hôte pour partager un repas typique.
Une entrée de légumes frais. Un grand plats de légumes locaux cuits avec au centre un capitaine (poisson du fleuve ). Comme boisson, de l’eau minérale fraîche. Un grand plat dans lequel chacun se sert.
Au dessert, de la pastèque, des bananes et un délicieux sirop, le bissap : faite à base des calices des fleurs séchées d’un arbuste, le dah que l’on appelle aussi hibiscus ou oseille rouge. Une fois secs, les calices sont bouillis dans l’eau avec du sucre pour atténuer le petit goût amer.
Il est 16h, l’heure de la sieste pour notre hôte. Nous rentrons à l’auberge.
de travail afin de préparer notre semaine et préciser nos RV afin de préparer le forum de l’Interculturel et des usages innovants du mois de décembre.

Articles portant sur des thèmes similaires :

Recherche


Liste des mots-clés