S'identifier - S'inscrire - Contact
 

 4.3 Denis : un projet qui change ma façon de faire des projets

4- Témoignages subjectifs des acteurs

 

 Lorsque l’équipe partielle s’est réunie la première fois dans une brasserie parisienne, la notion d’inter culturalité me semblait particulièrement lointaine et étrangère. Pourtant ayant vécu à cette époque, plus de 50 années dans un politiquement déchiré entre deux culture, c’est un sujet que je pratiquais journellement sans le savoir !

Il est commun d’affirmer qu’une culture ne peut évoluer que grâce au contact avec d’autres cultures. Ce que je compris rapidement fut que le pari de l’interculturalité, c’est le pari pour la rencontre et le respect ! Comprendre et accepter qu’il n’existe pas de culture meilleure que l’autre.

Ce fut quelque part un choc important. L’éducation faisant que dès le premier âge de raison, il me fut expliqué pourquoi, nous francophones étions supérieurs : la langue répandue à travers le monde, la langue de la diplomatie, l’histoire, l’humanisme français, l’industrie passée, les inventions, … tout cela comparé à un peuple antérieurement « bouseux » et ne parlant que le flamand, voire le néerlandais pratiqué seulement aux -Bas et en du Sud (Afrikaanse). J’avais toutes les raisons d’y croire !

Mon éducation familiale n’a pas été propice aux échanges avec l’autre culture. Ce n’est qu’arrivant à la vie professionnelle que le doute s’est installé ! J’ai eu l’occasion de rencontrer d’éminents personnages néerlandophones, bien plus instruits, plus érudits et particulièrement ouvert pour ne pas dire humains !

Il n’y avait chez eux aucun complexe ni condescendance à s’exprimer dans MA langue. Il y avait de leur part une énorme part de respect qui faisait toute leur force ! J’appris donc le néerlandais par la force des choses, par respect mutuel je pense, je mis mes enfants dans des écoles Néerlandophones , et bien nous en pris!

Si je ne le parle pas couramment, quelques mots d’introduction montrant que je suis prêt à faire l’effort suffit fort souvent à dégeler de difficiles situations.

Une fois le projet « Interculturel » lancé, mon mode de vie a réellement changé. Soudainement toutes les cultures m’intéressaient. Les origines de chacun, l’histoire, le pourquoi des situations, …

Internet est un outil merveilleux pour apprendre et poser  les bases préalables à une nouvelle rencontre, mais rien ne vaut le contact direct!

L’occasion me fut donné de me rendre en de l’Ouest. Si le barrage de la langue ne fut pas un obstacle, le choc des cultures fut impressionnant. J’étais un autre homme à mon retour, comme si j’avais soudainement recouvré la vue, celle du cœur !

Car si l’on parle de respect dans le cadre de l’interculturalité, je pense personnellement qu’il faut plutôt parler d’amour ! L’amour présuppose l’ouverture et ne rien considéré comme acquis.

L’interculturalité dans ces conditions est à elle seule la base de tout développement. En atterrissant sur le sol Malien, j’étais un être clairement sous-développé !

Les deux premières semaines passées sur place ont fait de moi un homme différent !

 La raison de vivre, la notion du temps, la vision de l’autre et l’accueil, la musique et les chansons, les coutumes et les traditions, la place de chacun (et de  la femme plus particulièrement) dans la société, la religion, la communication et tradition orale, la place des anciens dans la société, les besoins essentiels, le partage du peu que l’on possède,  l’indépendance et (les méfaits de) la post-colonialisation, … m’ont donné l’envie de développé ces sujets avec force.

Je remercie toute l’équipe de m’avoir offert cette opportunité !

Articles portant sur des thèmes similaires :

Recherche


Liste des mots-clés