S'identifier - S'inscrire - Contact
 

 Nos visions respectives

Note : 2.7/5 (9 notes)

 

Mots-clés :

La Vision de l'Autre : Quelles visions avons nous de "l'autre" qu'il soit résident ou vivant à l'étranger ? Quelles visions pensons nous qu'il a de nous ? Les stéréotypes et les clichés : La plupart ne sont pas fondés et il est grand temps de leur "couper la gorge" en rétablissant la vérité. Vous en avez tous, vous en avez tous entendu parler. Malgré toute l’ouverture d’esprit de chacun d’entre nous, tout le monde a quelques préjugés sur nos partenaires étrangers, sur leurs traditions, l’état de leur économie, leurs régimes politiques, leur psychologie, leurs coutumes et leurs petites manies,… A l’image des nombreuses idées reçues qu’ils ont de leur côté à notre égard ! Certains de ces clichés peuvent avoir leur raison d’être. Les autres ont besoin d’être battus en brèche pour rétablir une certaine vérité, manifestement nécessaire à une meilleure cohabitation. Nous pensons qu’il faut faire parler nos artistes, poète, chanteurs, philosophes, écrivains et « messieurs tout le monde » afin d’éclairer au mieux ces sujet.



Pour la défense de l'altérité et des cultures locales « les fleurs fragiles de la différence ont besoin de pénombre pour subsister. » Anthropologie structurale, Claude Lévi-Strauss http://www.artepro.com/fr_fichiers/fichiers/02649837.pdf 

Et quelques commentaires intéressants de Catherine Clément sur "Conférences et débats" http://www.conferencesetdebats.fr/entretien.php?p=6 

En 1870, Bismarck disait que les peuples d’origine celtiques ou slaves étaient de "sexe féminin", alors que " la race germanique" était le principe viril qui " féconde tout en Europe " ! 

  • Nicolas Bouvier, auteur francophone , incomparable voyageur de l'usage du monde
    • « C'est la contemplation silencieuse des atlas, à plat-ventre sur le tapis, entre dix et treize ans, qui donne ainsi l'envie de tout planter là. Songez à des régions comme le Banat, la Caspienne, le Cachemire, aux musiques qui y résonnent, aux regards qu'on y croise, aux idées qui vous y attendent... Lorsque le désir résiste aux premières atteintes du bon sens, on lui cherche des raisons. Et on en trouve qui ne valent rien. La vérité, c'est qu'on ne sait comment nommer ce qui vous pousse. Quelque chose en vous grandit et détache les amarres, jusqu'au jour où, pas trop sûr de soi, on s'en va pour de bon. Un voyage se passe de motifs. Il ne tarde pas à prouver qu'il se suffit à lui-même. »
    • « On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait. »
    • « ...Pourquoi dans toutes nos langues occidentales dit-on "tomber amoureux"? Monter serait plus juste. L'amour est ascensionnel comme la prière. Ascensionnel et éperdu. » (Le poisson-scorpion)
    • « Assez d'argent pour vivre neuf semaines. Ce n'est qu'une petite somme mais c'est beaucoup de temps. Nous nous refusons tous les luxes sauf le plus précieux : la lenteur. » (L'Usage du monde)
  • Une belle phrase d'André Maurois : « Les peuples sont un miroir dans lequel chaque voyageur se regarde ! »
  • En 1960, Lawrence Durrel disait « … lorsque peu à peu vous vous mettez à découvrir l’Europe, goûtant les vins, les fromages et les caractères des différents , vous commencez à réaliser qu’après tout le facteur déterminant de toute culture est dans l’esprit du lieu. Exactement comme un vignoble donné fournira toujours un vin particulier aux caractéristiques reconnaissables. […] Je crois que vous pourriez exterminer tous les Français d’un seul coup, repeupler le de Tartares et, au bout de deux générations, redécouvrir à votre grande surprise, que les caractéristiques nationales ont retrouvé leurs normes - incessante curiosité métaphysique, tendresse pour la bonne chère, individualisme passionné - même si leurs nez étaient maintenant plats … ».
  • Et comme le disait Michel de Certeau au début de « L'invention du quotidien » : « Cet essai est destiné à l’homme ordinaire. Héros commun. Personnage disséminé. Marcheur innombrable. En invoquant, au seuil de mes récits, l’absent qui leur donne commencement et nécessité, je m’interroge sur le désir dont il figure l’impossible objet. Ce héros anonyme vient de très loin. C’est le murmure des sociétés… » (M. de Certeau, L’invention du quotidien, 1/ Arts de faire, 1e partie, « Une culture très ordinaire », rééd. Gallimard/ Folio Essais n° 146, 2002, p. 11)


     
  • Articles portant sur des thèmes similaires :

    Recherche


    Discussions actives (+ commentaire)


    Liste des mots-clés